Voyage en pays Taupe et Papillon

Que ressent-on à être Taupe et Papillon. Que ramène-t-on de ce voyage en pays Taupe et Papillon ?

Pays Taupe, tu m’étouffes. Si je ne suis pas en perpétuel mouvement je vais mourir enterrée, asphyxiée. Mon corps bouge pour ne pas être enfoui. Pour vivre, il faut sans cesse lutter contre cet envahissement incessant. Ça grouille autour de moi, partout. Respirer. Se concentrer pour respirer. L’air est vicié. Trop chaud. Trop humide. Trop lourd. Je gagne ma vie, centimètre par centimètre, au prix d’un effort permanent. Qui me donne envie de lâcher prise. A quoi bon ? Mon avenir est aussi noir que le noir qui m’entoure.

Au pays du Papillon, fini les efforts. Je me laisse porter au gré du vent. Je découvre sans rien décider et je suis éblouie. Par la variété des sons, la multitude de couleurs et de paysages. Tiens, ça pique ! ET si ça pique, c’est quoi ? Animal ou végétal ? Je suis libre et j’avance. Ou je recule, peu importe, je vis. Jusqu’à quand, on verra bien. Là, tout de suite, maintenant, c’est bien. Me poser. Repartir. Suivre la libellule, faire la course avec le moustique, plonger dans le cœur de la rose. Siffler avec le merle. Ah non, pas, lui, il va m’avaler ! Pas grave, je lui chatouillerai le gosier et il me recrachera ! Salut l’abeille, dépêche-toi un peu, t’as pas fait assez de miel aujourd’hui !

En savoir plus sur les papillons avec Positivr.fr : Ces papillons amazoniens qui butinent les larmes salées des tortues

Stage d’écriture et peinture en Cévennes