Initiation (ratée) à la méditation

MeditationInspire par le nez, expire par la bouche. Ferme les yeux, prends conscience de ton corps de ce souffle qui te traverse qui te traverse. Il s’infiltre sous ton crâne, caresse ta fontanelle, chatouille le creux de ton oreille, envahit ta cavité nasale, comble ta dent malade.

Inspire profondément, ferme les yeux. Tu ne vois plus la montagne qui te fait face ni la forêt de châtaigniers qui frémit doucement sous la brise du matin. L’air descend en toi, traverse ta gorge sans s’arrêter et s’enfile dans un bras puis dans l’autre jusque dans les mains, les doigts le bout des ongles. Puis remonte s’installer dans ta poitrine.

Inspire profondément. Des pensées viennent. Tu danses avec la mouche qui tourne autour de ta tête, tu envies le papillon dont l’unique journée sera radieuse, tu reviens sur ton corps. Ça pique sur ta cuisse, l’immobilité te démange. Reviens en toi, laisse tomber ce qui te traverse.

Inspire profondément. Garde les yeux fermés. Le souffle vient masser tes viscères compressés, il s’arrête dans ton bassin, pousse sur tes articulations contractées, s’élance vers tes jambes.

Tu le sens comme s’il marchait sur ta cuisse, il te chatouille, insistant. Tu le sens qui avance ; concentre-toi. Illusion du souffle ? Il faut que tu vérifies et tant pis pour ton application pour cette première expérience de méditation. Tu baisses la tête, tu ouvres les yeux, tu hurles et dans un mouvement violent de terreur tu envoies voler le scarabée gigantesque qui tranquillement remontes ta jambe pour s’installer au creux de toi.

 

Et la consigne était : un moment de découverte et de saisissement dans la nature

Atelier d’écriture du samedi matin : Au fil des mots et des couleurs