Où pourriez-vous m’emmener ?

20200425-Femme souriante
Où pourriez-vous m’emmener ?

Et si ensemble, tous deux, allions nous asseoir dans ce joli restaurant au bord de la rivière ? Vous prendriez votre ombrelle à volant, je coifferai fièrement mon panama si blanc. Vous cligneriez des yeux aux reflets du soleil sur le clapotis de l’eau, j’approcherai ma main en visière sur votre front, effleurant votre douce peau dorée. Nous nous régalerions des asperges du printemps, d’agneau de Pâques aux rattes du Touquet, d’un entremet citronné aux fraises sucrées. Un verre de rosé léger nous ferait tourner la tête et vous rougiriez tendrement de mes mots charmants.

Mais le voudriez-vous ?

Et si ensemble, tous deux, nous levions bien tôt pour partir à l’assaut de la montagne géante ? Quand le soleil rougit sa paroi abrupte, nous laissant entrevoir l’effort douloureux. Nous nous lancerions avides de victoire vers le sommet merveilleux, soufflant sous le rayon brûlant, assoiffés de fraîcheur et de grandeur. Nous découvririons triomphants la splendeur des hauteurs et nous nous étreindrions un instant, oubliant nos principes oppressants.

Mais le voudriez-vous ?

Et si ensemble, tous deux, sans nous retourner ne serait-ce qu’un instant, partions au loin sans remord ni regret. Nous nous installerions dans ce lieu inconnu, inexploré et étranger pour vous, pour moi. Inconnus au milieu d’inconnus ne comprenant ni leur langage ni leurs manières. Seuls, rien que pour nous deux. Nous naîtrions à nos vies, tout ou rien ne nous serait permis, à nous les choix infinis.

Mais le voudriez-vous ?

Et si je vous emmenais seule à l’intérieur de mon corps, de mon âme, de mon cœur ? Je vous prendrais par la main, ensemble nous irions fouler mes envies, surfer dans mes artères, explorer mes cavités enfouies, nous perdre dans le labyrinthe de mes hésitations, valser au rythme de mes palpitations, nous alanguir dans la paix de mes contemplations. Vous pourriez pincer doucement l’arrière de mes mollets, pianoter légèrement sur ma côte chatouilleuse, effleurer de votre chevelure vaporeuse ma poitrine affolée, souffler délicatement sur mes souvenirs et les faire envoler.

Voudriez-vous, voudriez-vous m’accompagner ?

 

Lire aussi : Virtual Love

 

Et la consigne était : « Une femme souriante sur la photo pose cette question : « Où pourriez-vous m’emmener ? « . Laissez voguer votre imagination !

Atelier d’écriture du samedi matin : Au fil des mots et des couleurs

Un commentaire sur “Où pourriez-vous m’emmener ?

Les commentaires sont fermés.