9 avril 2021 – Touchée

Touchée. « Je suis très touchée, dit-elle. Vraiment je ne m’y attendais pas. Merci du fond du cœur. » Elle s’en fout, mais elle sait que ces quelques mots lui feront plaisir. Et surtout, elle sait que ces quelques mots là lui donneront une petite semaine de répit.

Je suis très touchée. Il n’en dort plus. Me toucher. Son regard lascif me poursuit dans tous les couloirs de la boite. La machine à café est le pire endroit pour m’attarder. Il ne tardera pas à se précipiter pour retirer le précieux gobelet de son support pour me le tendre et tenter d’effleurer ma main. Et moi de me tortiller pour l’éviter. Prétextant la crainte de me brûler pour l’obliger à le poser. Par terre. Parce que toutes les tables ont été retirées de cet endroit maudit. Et me voilà obligée de me baisser pour le ramasser. Il espère, je le sens, que je sois suffisamment fatiguée pour avoir besoin d’une main secourable pour m’aider à me relever. Non, surtout pas, je fais mes squats tous les matins, uniquement pour ça, pour pouvoir me relever en toute situation Garder la maitrise.

Je suis très touchée. Il rougit. Son fantasme a pris chair. Ou presque. Pas tout à fait. « Je l’ai touchée ». Il est heureux. Elle se sent sale. Elle s’est laissée piéger. Il ne comprend décidément rien. Elle simule. Pas un instant il ne doute de sa sincérité. Elle ne sait pas dire non. « Je suis très touchée ». C’est tellement couillon qu’elle ne peut pas imaginer qu’il y croit. Mais si. Et pourtant non, ce n’est pas vrai, mais c’est trop tard. Pourquoi l’avoir dit ? Parce que ce ne sont que des mots, et des mots, ce n’est pas grand-chose. E pourtant ce sont des mots d’amour.

Login : Tente

Mot de passe : Je suis très touchée

Mot de passe oublié ? Insistez

Confinement numéro trois, dans l’intimité de nos états

Epanouie – Grognon – Captivée